Parce que l’autonomie des familles passe par la création d’emplois, nous portons beaucoup d’espoir dans le projet de création d’une savonnerie artisanale à Bobo Dioulasso. Ce projet est porté par un couple d’adhérents. Corinne et Christian de Montpellier ont avancé déjà dans la collecte de dons et nous avons toutes les raisons de vous le présenter avec optimisme.

SAVONNERIE DU CENTRE DE ZONGO

 

SOMMAIRE

 

1.PROJET DE SAVONNERIE à BOBO DIOULASSO

 

  • LE « KARITE » et SES ATOUTS

 

  • DESCRIPTIF DU PROJET

 

  • BUDGET PREVISIONNEL

2. COMMENT NOUS AIDER ?


  1. PROJET DE SAVONNERIE à BOBO DIOULASSO

« Zóodo » a mené pour le centre de «BANGR ZAANDE», une expérience similaire.

L’achat de matériel professionnel de savonnerie à permis aux collaborateurs et aux femmes alphabétisées du centre, de développer une activité artisanale.

Ce savon naturel remporte un réel succès sur les marchés locaux mais aussi en France !

Les conséquences favorables sont nombreuses… la production locale est mise en avant, les habitants du village reprennent confiance en leurs capacités de produire, les sommes générées assurent un complément de revenu aux familles.

 

  • LE « KARITE » et SES ATOUTS

Le « karité » qui en dioula (langue locale) signifie « VIE », pousse à l’état sauvage. Cet arbre ne demande pas d’attention particulière et possède l’avantage d’être exploité dans son intégralité.

L’écorce est utilisée en médecine traditionnelle (griffures, coupures, maladie infantile), la coque de la noix est un « anti moustique » redoutable, la noix une fois pressée produit une huile végétale utilisée dans la cuisine traditionnelle ou bien dans la fabrication de produits cosmétiques.

 

Cette richesse est fragile… l’arbre ne se cultive pas ou peu, (quelques expérimentations sont en cours).

Dans un pays où il existe une réelle pénurie des ressources d’énergie gratuites, ces arbres sont souvent coupés pour servir de bois de chauffe. Par ailleurs ils sont aussi sacrifiés dans le but d’augmenter les surfaces cultivables.

Il est impératif de sensibiliser la population à la préservation des arbres sur pied, en dépend, l’avenir des villages, des familles, des enfants…

 

Le beurre de « Karité » a de multiples propriétés dont la plus recherchée est son pouvoir hyper hydratant et assouplissant de la peau.

Méthode traditionnelle de fabrication du beurre de « Karité »

Les femmes récoltent les fruits de karité mûrs c’est-à-dire lorsque les fruits sont à terre. La récolte (exclusivement féminine) à lieu de mai à aout.

Les fruits sont alors sélectionnés puis lavés à la main par les femmes.

Ensuite à lieu le dépulpage, les fruits sont débarrassés de leur pulpe pour ne garder que les noix.

Les noix sont alors bouillies puis séchées au soleil.

Puis, le concassage des noix au pilon qui permet d’obtenir l’amande. Les amandes sont alors séchées et prêtes pour leur transformation en beurre (environ 50% de matière grasse).

Elles sont ensuite torréfiées, puis pilonnées, ce qui permet d’obtenir une pâte épaisse.

La pâte de karité est alors mélangée à de l’eau et brassée longuement à la main.

On réchauffe ensuite ce liquide pour faire tomber les impuretés et faire remonter l’huile de karité.

Il ne reste plus qu’à récupérer l’huile de karité et la laisser refroidir pour former des blocs de beurre purs. Ces blocs sont de couleur jaunâtre.

 

RECETTE DU SAVON AU BEURRE DE KARITE A ECRIRE

 

« La première tâche consiste à ramasser les noix. Elles sont d’abord grillées, puis broyées dans un moulin. Les femmes les malaxent ensuite avec de l’eau jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Le travail se fait à deux ou trois en même temps, à la main,  penchées autour d’une grosse bassine, jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Opération fatigante, vue la forte chaleur et nécessitant beaucoup d’énergie. Aussi est-il indispensable de se relayer souvent.

Cette étape terminée, il faut mettre cette pâte à cuire sur le feu de bois dans une marmite imposante, en remuant de temps en temps.Le beurre est obtenu quand le mélange est devenu jaune clair et liquide. Il est alors filtré pour en éliminer toutes les impuretés. Une fois refroidi, il peut être utiliséà la fabrication du savon.


Les femmes mélangent alors de la soude avec de l’eau et un parfum (aloe vera, huile de neem) jusqu’à obtention de la bonne densité, mesurée avec soin. La solution est ensuite ajoutée au beurre de Karité dans un malaxeur actionné manuellement. La réaction est presque immédiate. Le beurre liquide se fige au contact du mélange, le malaxeur termine le travail juqu’à ce que la pâte à savon devienne homogène.

Elle est alors versée dans un moule, puis découpée en morceaux de 250G. La marque « ZOODO pour Bobo Dioulasso ZONG TENGA  pour le centre de ZONGO » y est imprimée. Il ne reste plus qu’à laisser sécher les savons pour que les blocs durcissent.

Dans les pays africains, le beurre de karité sert à la cuisine comme corps gras ou comme substitut du cacao dans l’industrie chocolatière. Mais il est aussi, beaucoup utilisé en cosmétique. Ces vertus sont maintenant connues et reconnues hors du continent africain !

 

Le VRAI beurre de karité se présente sous une forme solide, il n’est pas applicable. Il faut le faire fondre dans la paume des mains pour le transformer en substance huileuse avant toute utilisation.

 

  • Pour le corps : vertus hydratantes pour les peaux sèches, les coups de soleil mais aussi, en prévention des vergetures. Il est également utilisé pour ses vertus relaxantes (bien être musculaire). Il peut être désinfectant et cicatrisant.
  • Pour les cheveux : un masque capillaire redonne éclat et tonicité aux cheveux.
  • Pour le visage et les lèvres : protection des lèvres gercées, après- rasage naturel. Il redonne souplesse à la peau et permet de prévenir le développement et le creusement des rides.

 

  • DESCRIPTIF DU PROJET

 

Le Karité est une véritable richesse pour les Burkinabès.

C’est traditionnellement aux femmes que revient la fabrication du beurre et des savons.

Les hommes ne s’occupant généralement, que du transport et de la commercialisation « industrielle ».

 

Le but du projet est de créer une unité de production dans le quartier défavorisé de OUEZZINVILLE à Bobo Dioulasso.

L’amélioration des conditions de vie des familles passe inévitablement par une activité génératrice de revenus mais aussi par l’apprentissage.

Au Burkina Faso, la majorité des personnes analphabètes sont des femmes (90% environ). Trop tôt les jeunes filles sont retirées du parcours scolaire pour les marier. Aussi, notre projet s’adresse en priorité aux femmes et jeunes filles.

 

Nous veillerons à ce que les femmes participant à l’activité de la « savonnerie » participent aux cours d’alphabétisation proposés. Il nous semble important pour le bon fonctionnement du projet que les différents acteurs se comprennent et perpétuent la connaissance et les techniques aux nouvelles générations.

Même si l’objectif n’est pas de développer une activité industrielle… quelques normes garantes de qualité seront appliquées et suivies.

Un minimum de connaissances s’imposera également pour assurer la valorisation et la vente des produits fabriqués.

 

La mise en commun du travail, des connaissances, mais aussi une volonté collective de réussir, permettra à ce « groupement » de femmes d’améliorer leur situation économique.

Les connaissances techniques et les capacités d’organisation acquises sur leur lieu de travail auront inévitablement un impact dans leur vie quotidienne et par conséquent sur l’éducation de leurs enfants.

 

 

  • BUDGET PREVISIONNEL

 

Le projet se déploie en cinq étapes:

  1. Réalisation du mur d’enceinte du terrain qui accueillera le hangar de production (sécurisation des matériaux destinés à la construction du hangar)
  2. Construction du hangar de production
  3. Achat du matériel nécessaire à l’unité de production
  4. Achat des matières premières équivalentes à deux productions
  5. Formation aux techniques des salariées
  6. Communication & commercialisation

 


Pour mémoire  : 1 928 000 Francs CFA = 2936 €

617 800 Francs CFA = 940 €

149 000 Francs CFA = 227 €

2. COMMENT NOUS AIDER ?

Tous les dons sont déposés sur le compte bancaire de l’association en France.
Ils ne sont transférés sur le compte bancaire au Burkina qu’après demande de l’équipe Burkinabé et acceptation de celle-ci par Jean-Marc et Anne-Marie.
Sur place, les fonds ne pourront être retirés que par les trois coordonateurs, ceci, afin d’éviter d’éventuels dérapages.

Il n’y a pas de « petits dons », le moindre euro offert à l’association est utilisé à bon escient.
Pour avoir un ordre d’idée, 1euro permet d’offrir 4 repas dans une cantine scolaire.
Ce repas qui bien souvent, sera le seul et unique de l’enfant durant toute sa journée… Par conséquent nous acceptons tous les dons quel que soit le montant.

Vous pouvez réaliser votre don par chèque libellé à l’ordre de « association ZÓODO » ou par virement bancaire sur le RIB ci-dessous :

Banque Populaire OCCITANE CAPDENAC -00817
Code banque Code guichet N°compte Clé
17807 00817 45319687690 79

Si vous êtes une entreprise ou un particulier,
Sur simple demande, nous vous délivrerons, le reçu fiscal qui vous permettra d’effectuer de vos impôts la déduction fiscale en vigueur.

Nous ne manquerons pas de faire un retour commenté du projet à l’ensemble de nos donateurs, pour cela merci de nous retourner par courrier ou email la fiche de renseignement ci jointe.

Le président, le bureau et tous les adhérents « ZÓODO » vous remercient vivement pour votre soutien et vous invite à suivre nos différentes actions sur le site internet de l’association :
http://www.zoodo-asso.org

13 commentaires sur Une savonnerie à Bobo Dioulasso

  1. SAWADOGO Kontogossoba dit :

    Bonjour
    Ce projet est pertinent. Ma contribution serait en nature ou d’ailleurs en prestation de service.
    Etant cadre forestier et expert en élaboration des projet du programme du secteur forestier notamment concernant le fonds d’intervention pour l’environnement du Burkina Faso je peux donner une session de formation sur la Régénération naturelle assistée (RNA) de karité et appuyer l’association à élaborer un projet

    • Zoodo dit :

      Bonjour, Les membres du Bureau de TIIGS-TAAB ZOODO vous remercie de votre intérêt et souhaite vous rencontrer. Voilà le numéro de portable de Minata Sanou-Ouedraogo la Présidente : 70 24 69 81
      Bien amicalement.
      Anne-Marie Bruel-Faille
      Secrétaire

  2. LEREVEREND Fabienne dit :

    Bonjour,
    Le mercredi 26 octobre je serai à Bobo avec 12 personnes comme moi membres de l’association Europe Echanges en Seine maritime et nous aimerions visiter votre savonnerie et faire quelques achats. Est-ce possible de visiter ? merci

  3. Sangaré lassina jacques dit :

    je suis à ouagadougou, à tampouy, j’ouvre ma savonnerie dans le mois de novembre.je vais parler de votre association à mes partenaires en suisse car vous faites un bon travail. je vous encourage bcps.

    • Zoodo dit :

      Merci pour votre soutien spontané. Nous apprécierions de pouvoir travailler avec vous. Voilà les coordonnées de la Présidente de Zoodo Burkina : Minata OUEDRAOGO
      Tel – Dom :(00226) 25 36 24 19
      Tel-Portable : (00226)70 24 69 81
      Mail : ominata@yahoo.fr

      Mettez vous en lien avec elle pour l’achat de savons. Merci chaleureusement.
      Jean-Marc et Anne-Marie Bruel

      Association ZÓODO –
      Asplos-Gelle 12700 Causse et Diège
      Tél. :05 65 64 64 28
      06 40 28 63 47
      Lien direct pour le site : http://www.zoodo-asso.org

  4. Je suis un grand savonnier au Congo Démocratique (Kinshasa) mais j’ai le malheur de vivre dans un pays qui n’a comme slogan verbal le Développement et en réalité rien de concret. Je cherche un financement pour faire progresser l’activité et aider la population démunie vivant pauvrement.

  5. Mme segda julienne née kabore dit :

    Je suis également une productrice de savons palmor pour la lessive et savon aral pour la toilette résident au Burkina Faso Ouagadougou je suis au 70148573 ou 78061727. Merci et bonne journée

    • Zoodo dit :

      Merci de vous adresser à la Présidente de Tiigs-Taab ZOODO au Burkina Mme Minata Ouedraogo tel : 70 24 69 81.
      Nous pouvons vous aider à organiser des stages de savonnerie aussi bien à Ouaga qu’à Bobo.
      Cordialement.

  6. Bonsoir !
    Le savon fabriqué au Burkina Faso est à base de beurre de karité naturel. Nous ne croyons pas qu’un échange avec les femmes responsables de la production puisse vous apporter une aide efficace.

    Nous vous souhaitons bon courage dans votre entreprise !

  7. Nzoumba titine dit :

    je suis une femme congolaise qui aime fabriquer le savon artisanal. j’aimerais bénéficier de votre savoir faire par courrier sur la fabrication de savon artisanal en utilisant l’huile de palme par la méthode à chaud

  8. Zénabou dit :

    j’aime les sujets traités par votre site.Je me sens à l’aise quant je les parcours.

Laisser un commentaire