Les projets

  1. Réunion à Cotonou (Bénin) fin Août 2020
  2. Développement de l’alphabétisation en pays gourmantché et à Koupéla (2016-2018)
  3. Projet d’une savonnerie artisanale dans la région de Fada N’ Gourma
  4. Nous avons réuni les 2000 € sur Ulule !
  5. Enfin un arrêté très favorable à l’association !
  6. Pour suivre les orthophonistes dans leurs missions au BF
  7. Le Festival Folklorique International du Rouergue nous offre une dotation à la construction….
  8. Trois élèves orthophonistes à Zongo et à Tambougou…
  9. Une savonnerie à Bobo Dioulasso

 

Nafissatou TOGUYÉNI Coordinatrice de la Région Est du Faso

Bonjour à tous comment allez-vous en ce début de saison estivale et de vacances scolaires?
Jean-Marc attend la réouverture de l’espace aérien pour venir pour deux mois en France. Moi je prévois de venir pour cinq semaines à partir du 20 novembre.

Vous avez vu passer la nouvelle de nos restructurations. Nous n’allons conserver que les centres d’alphabétisation dont nous pouvons contrôler les activités. Puisqu’il y a une liaison en car de Fada N’ Gourma à Cotonou, nous allons faire venir la coordination de l’Est du Burkina dans cinq semaines dans la semaine après le 15 août.

Vous trouverez à l’Est du Burkina Faso en zone fortement déconseillée du fait du terrorisme, la province du Gourma à la frontière du Bénin

L’absence de festivals de l’été hors Africlap à Toulouse fin août plombe notre fonctionnement mais nous ne nous décourageons pas.

Nous aimerions que les trois enseignantes soient du voyage ainsi que Paul Silga du  centre de Koupéla situé à 80 km de Fada N’ Gourma.

Nous aurons déjà le transport de Nafissatou la coordinatrice à assurer. Sur place, nous leur donnerons quatre mois d’indemnités (30 000 fr CFA par mois). Coût : 184 € par enseignante. Le car aller-retour Fada N’Gourma. Cotonou coûte 61 € l’aller-retour.

Étant à Cotonou désormais, vous paieriez Zoodo en acceptant de m’envoyer un Western Union ou un Xoom (virement qui part de votre compte PayPal.

Le Trésorier peut encaisser les chèques à Rodez. : Karel Faille 41 rue Saint Cyrice 12000

La province du Gourma est aux mains des terroristes et c’est magnifique ce désir d’apprendre de ces femmes.

Photos reçues hier du centre de Yamba situé en zone de conflits à 50 km de Fada N’Gourma.

Merci de votre confiance renouvelée pour nous aider à poursuivre nos efforts pour l’alphabétisation des femmes et si vous l’acceptez, notre gratitude si vous  motivez vos ami(e)s. Amitiés
Anne-Marie Bruel            Arsène Kaboré

Secrétaire de                    Responsable de

 Zoodo-France.                 Zoodo – Burkina

 

 

La demande d’alphabétisation dans les villages de brousse est importante et bien souvent oubliée par les grandes ONG. Notre association aide ces villageois à accéder à l’éducation. Les progrès économiques et sociaux du village et/ou de la communauté passent en premier lieu par l’apprentissage.

ZÓODO se charge de trouver les enseignants et assure le financement des salaires sous la forme de parrainage. Les cours sont dispensés selon la région en Mooré, Dioula et Gourmanchéma. La demande d’alphabétisation dans les villages de brousse est importante et bien souvent oubliée par les grandes ONG.

Notre association aide ces villageois à accéder à l’éducation. Les progrès économiques et sociaux du village et/ou de la communauté passent en premier lieu par l’apprentissage.

Défilé du 8 mars 1

Les excellents résultats obtenus dans les villages de Goomoré et Tambougou( 100% de réussite aux examens d’état) lors des sessions précédentes suscitent un réel engouement de la part des femmes et hommes des villages environnants.

VENTE DE SAVONS

Parallèlement aux cours d’alphabétisation, il est proposé aux femmes qui le souhaitent de participer au fonctionnement de l’unité de savonnerie. Cela permet à l’élève d’obtenir une petite autonomie financière tout en se formant.

TAMBOUGOU SEPT 2014

GOMORE SEPT 2014

A l’issue de leur dernier séjour au Burkina Faso (février 2016) Anne Marie & Jean Marc BRUEL ont constaté qu’il y avait une réelle demande de la part de la population.

Nos enseignants résolument engagés dans le développement socio-économique des villages dont ils s’occupent ont soutenu auprès du Bureau le projet de créer trois nouveaux centres d’alphabétisation.

– Dans la région Est près de Fada N’Gourma les villages de BANLIBOARA et HUNTAANDENNI sollicitent notre aide pour la création de deux centres. Notre enseignant Ousmane SANGA prendra en charge dans un premier temps la gestion de ces deux nouveaux centres.

village gourmantchés 2

village gourmantchés 4

– Dans la région Sud-Est, c’est Paul SILGA (instituteur) bien connu des adhérents depuis 2005 qui prendra en charge le centre de KALWELGA près de KOUPELA dans des locaux collectifs existants. Après avoir enseigné aux touts petits, il se réjouit d’enseigner maintenant à leurs parents.

PAUL 2012

ZÓODO compte parmi ces adhérents des personnes remarquables qui d’ores et déjà nous ont proposé le parrainage des enseignants.

Ainsi la charge salariale que représente l’embauche de trois nouveaux enseignants sera intégralement financée par des parrainages. La rémunération d’un enseignant est de 46 euros, soit 30 000 francs CFA .

Une demande croissante de la population, des enseignants engagés et volontaires, des adhérents prêts à prendre en charge tout ou partie de la rémunération des enseignants, pourquoi et comment ne pas poursuivre dans ce sens ? ZÓODO s’engage auprès de ces familles à trouver le financement nécessaire à la mise en œuvre. Afin d’assurer à chaque centre son autonomie, nous souhaitons les doter de matériels indispensables que sont les manuels scolaires, les bancs, les ardoises, les stylos…

Le budget prévisionnel de ce projet s’élève à sept mille cinq cent quarante cinq euros (7 545 euros) pour un potentiel de 360 élèves motivés, Soit un coût par apprenant de 19 euros.

Nous faisons appel à la générosité de chacun pour nous aider à mener à terme ce projet désiré et soutenu par nos amis Burkinabés. A vous d’apprécier à combien d’apprenants vous donnerez la chance de s’instruire. Un, deux, trois, dix, une classe … ?
Merci pour votre implication à nos côtés !
Corinne Teulier
Trésorière Adjointe au Développement des centres,