La Directrice du complexe scolaire Pouiwindin, Rasmata Badini,   nous envoie des nouvelles de la rentrée des classes des jeunes de Zongo,  banlieue défavorisée de Ouagadougou. « Le 2 octobre a eu lieu la rentrée scolaire à l’école Pouiwindin. »

Que de bons souvenirs quand nous découvrons les photos jointes à l’article…

Nous retrouvons avec bonheur, le sérieux du lever des couleurs…

La rentrée en classe en ordre…

« C’est une journée de retrouvailles pour les anciens élèves et les enseignants après quelques mois de vacances.

Une joie pour les élèves mais des soucis pour les parents qui doivent payer la scolarité et les fournitures des enfants.

Grâce à l’association Zoodo, aux parrains et aux marraines ainsi qu’aux personnes de bonne volonté, beaucoup d’élèves en difficultés ont eu accès à l’école et pourront avoir un métier pour améliorer leurs conditions de vie et de celles de leurs familles afin de mieux s’intégrer dans la société. »

Voilà pour les parrains et les marraines, les enfants de l’école.

Et les collégiens :

« Les élèves, les parents d’élèves et toute l’équipe enseignante par ma voix adressent leurs salutations et sincères remerciements à Jean Marc et Anne Marie Bruel, aux parrains, aux marraines à toute l’association Zoodo et à toutes les personnes de bonne volonté qui oeuvrent pour soutenir les personnes en difficulté. 

Recevez mes salutations amicales.

Rasmata Badini-Kane »

Même soutenus par des Européens de bonne volonté certains des enfants ont eu des parcours compliqués. Pour certaines jeunes filles la poursuite de la scolarité tient à la volonté d’une grande soeur, d’une grand-mère….

N’est ce pas Cécile ?

N’est ce pas Mouimata ?

Nous saluons la volonté inébranlable de Rasmata qui vole au secours de ses élèves chaque fois que des obstacles se présentent, risquant de compromettre l’avenir des élèves.

Merci pour votre professionnalisme et pour votre défense infatigable de la cause des enfants à qui vous garantissez un avenir décent.

Amitiés de l’ensemble du Bureau de Zoodo.

Jean-Marc et Anne-Marie

 

Tags: ,

Sans relâche depuis tant d’années, en dépit des difficultés, Aminata Ouédraogo et Mamounata Tiemdrébéogo viennent au secours des femmes de ce village parmi les plus pauvres de Ouagadougou. Le centre qu’elles gèrent est un lieu d’accès à l’alphabétisation et un espace de solidarité entre les femmes. Les élèves adultes viennent se ressourcer auprès d’elles en toute confiance.
Depuis début 2017, elles sont accueillies par Rasmata Badini dans l’enceinte de son école Pouiwindin.

Un message nous arrive tout juste des enseignantes de Zongo :

« Nous sommes très contentes de vous donner les informations sur les cours des adultes. Les femmes sont très contentes d’apprendre à lire, à écrire et à compter car l’école ouvre les portes et facilite d’autres apprentissages.

Nous et toutes les femmes vous saluent et vous remercient beaucoup.
Ouédraogo Aminata et Tiendrébeogo Mamounata »

Le Bureau de Zoodo accueille avec joie ces photos des mamans qui ont débuté des cours en français et en mooré pendant les vacances de leurs enfants. L’année scolaire 2017/2018 débute demain lundi 2 octobre. Elles viendront s’asseoir sur les bancs de l’école quand leurs petits seront à la maison. Cela sous-entend toute une organisation familiale… Votre combat pour un avenir meilleur pour vous et vos familles nous touche !

Apprendre à l’âge adulte est particulièrement difficile mais ces femmes ont des trésors de courage dans leurs cœurs et le sentiment intime d’une revanche sur leur condition de petite fille pauvre qui ne pouvait pas aller à l’école.

Le mot de la fin revient à Rasmata Badini, la Directrice de l’école qui accueille cette belle initiative :

« Bonsoir Jean-Marc et Anne-Marie, comment allez vous?

Un petit message sur les cours d’apprentissage des enseignements de base. Pour lutter contre l’analphabétisme à Zongo et pour un meilleur suivi des élèves. Les cours ont été organisés pour les mères des enfants de l’école Pouiwindin et les résultats sont satisfaisants. Beaucoup de femmes peuvent lire et compter. Ces cours aideront les femmes à accompagner leurs enfants dans leurs études et à mieux les surveiller dans leurs appentissages .
Je vous remercie infiniment et remercie toutes les personnes de bonne volonté pour leurs soutiens.
Rasmata Badini-Kane »

Tags:

« De retour de la France, Mme Ouedraogo Minata, Présidente de l’Association Badenya et de l’association Tiigs Taab Zoodo, procède à présent à une revue de ces associations, pour ce présent article nous nous intéresserons  à l’Association Badenya.

Après un repos bien mérité en France,  la Présidente de Badenya entend passer à une vitesse supérieure pour les actions à venir de l’association Badenya; après une rencontre explicative et un compte-rendu de voyage, aux membres de l’association.

Ainsi au programme, en ce mois de septembre, aura lieu une assemblée qui verra le renouvellement du bureau car les textes ont subi une modification et les membres de l’association Badenya devront s’y conformer. Au cours de ce mois nous comptons redynamiser nos activités, il faut dire que Badenya est une association créée par les femmes et au profit des femmes, et pour ce faire outre les activités de fabrique de savons  et de tissage


pour sortir les femmes de la pauvreté par le travail sous payé du concassage des cailloux  et le ramassage du sable pour la construction.

 

 

 Nous recherchons des fonds de développement par la construction de poulaillers au profit des femmes qui tardent à voir le jour. Nous avions pu construire les premiers murs que nous avions mais en 2016 par manque de toiture ces murs sont tombés du fait de l’excès des eaux de pluie.  Mais l’espoir est permis, et nous avons confiance que ce projet verra le jour par la grâce de Dieu et les bonnes volontés.

Les projets en cours de réalisation de Badenya sont les suivant :

Nous intervenons dans la fabrication de savon à base de beurre de karité  que nous comptons redynamiser au cours de ce dernier trimestre 2017, en améliorant notre production en qualité et en quantité. Mme Ouedraogo contente de l’accueil des savons de Badenya sur les marchés et festivals français s’est mise en marche pour une production de savon de qualité. Elle travaille à l’amélioration de la quantité pour que Zoodo-France soit approvisionné avec régularité.

Le tissage : pour la redynamisation des ateliers, nous comptons aider plus de femmes à s’y impliquer en attendant la construction des poulaillers.

Nos ambitions pour l’année 2018

  • La sensibilisation des femmes sur l’hygiène et l’assainissement,
  • L’introduction de la teinture dans nos activités,
  • L’alphabétisation des membres de Badenya par la mise en place d’un hangar du savoir,

Et en fin la finalisation de notre poulailler car nous avons acquis un terrain d’un hectare dans la commune de Saaba plus précisément à Sogodin.

De passage au Burkina Mr Jean Marc, Anne Marie et Govinda avec le Sogodin Naaba sous le grand Baobab.

Je me souviens lors de leur dernier passage au Burkina,  Jean Marc, Anne Marie Bruel et Govinda Camin étaient venus rendre visite au Sogodin Naaba sous le grand Baobab. Les villageois sont formidablement encouragés par notre travail avec nos amis Français.

Merci au Bureau de Zoodo. Amitiés à tous. »

Minata Ouedraogo

Comptez sur nous Minata ! Il est clair pour nous qu’en ce qui concerne les achats d’artisanat, les partenariats de Zoodo vont toujours vers les projets de développement. Nous savons que  dès lors que tu prends les femmes de Saaba sous ton aile, ton dynamisme entraîne le progrès humain.

Amitiés à tous  !

Jean-Marc et Anne-Marie Bruel

Nous voilà sur la route d’Asplos après deux (2) heures de route nous faisons notre entrée dans le grand domaine d’Asplos où j’ai découvert beaucoup d’arbres fruitiers comme des pommiers, des cerisiers, des pruniers etc ; et un petit tour où nous  cueillons et mangeons  des prunes bien rouges ; quelque chose que je n’avais jamais vu.

Ensuite mon installation dans la maison de Mamie, et ce fut le début des bons moments passés avec le couple BRUEL ! Moment qui sera à jamais gravé dans ma mémoire.

ACTIVITÉS ASSOCIATIVES

Soirée au Rotary le 23 juin à partir de 17 h

A l’occasion de la Passation de charge du Rotary Club de Balma à la périphérie de Toulouse, M Bernard Farjounel, Président entrant de ce club (et adhérent de l’association depuis 2011) a fait l’honneur à l’Association Zoodo de convier le Bureau lors de la soirée privée qu’il organisait le 23 juin 2017. Cette marque de considération ne pouvait passer inaperçue et j’ai décidé de faire le déplacement pour présenter les activités de Zoodo sur le terrain au Burkina-Faso puisque je suis témoin, mieux que quiconque, des efforts et des actions conduites sur le terrain.

La soirée au Rotary s’est bien passée où j’ai été reçue à la table d’honneur au côté du Président entrant M Bernard Farjounel sur qui nous comptons beaucoup pour la réalisation de nos projets au Burkina Faso. Les projets communs de développement des centres avancent favorablement.

Jean-Marc et le Dr Da Piedade présentaient l’association aux invités.

Les invités ont bien accueilli la vente d’artisanat : les bijoux, les bronzes, les jouets, les vêtements et les savons que j’avais en partie amenés dans mes valises. Natacha, Dominique et Marie étaient venues nous aider. Ces amies proches de Zoodo et prêtes à consacrer de leur temps pour que le travail sur le terrain continue voilà qui me touche…

Encore merci à M Bernard FARJOUNEL pour son amitié solide témoignée à l’Association ZOODO.

Ventes dans les marchés/ vide-greniers et festivals
Le premier marché a eu lieu à Figeac le 25 juin, il y a eu un marché médiéval à Villeneuve d’Aveyron, un marché nocturne à Naucelle et les festivals Wassa N’ Africa et Africajarc.

  • Pendant mon séjour, j’ai participé activement à la vente d’artisanat dans ces marchés, où j’ai vu comment Mme Anne Marie et M Jean Marc Bruel aidés par Marie Coulet se donnent à cœur joie dans cette activité combien noble pour assurer l’alphabétisation des femmes aux Burkina Faso !!!!

J’ai pu voir dès le réveil Mr Bruel et sa femme Anne-Marie (respectivement 69 et 63 ans) se battent rien que pour nous les Burkinabè et je suis dépassée. Réveil le matin vers 6 h à 7 h il faut être sur les marchés. M Bruel nous devance car il faut décharger les marchandises, dresser le barnum, placer les tables.

Quel boulot rien que pour vendre l’artisanat et assurer les salaires des enseignants !

  • Nous avons rendu visite aux résidents et aux animateurs de l’EHPAD PETITE PLAISANCE du village de Salvagnac dans le département du Tarn. Nous avions apporté deux jeux d’awélés aux résidents qui étaient contents de pouvoir s’initier à ce jeu aimé de nous tous Africains. Le Directeur, les animatrices Agnès et Maryline et les résidents nous ont reçu de façon très chaleureuse. Le Directeur, M Ancilotto, aimerait avec sa compagne, venir rencontrer, Rosalie Zidouemba la Directrice du complexe scolaire St Clément du village de Zagtouli à la périphérie de Ouagadougou. L’attachement des amis de l’EHPAD pour le personnel et les enfants de l’école fait chaud au cœur.

Nous avons rendu visite aux amis et partenaires de Zoodo.  

J’ai revu avec plaisir Domie  rencontrée en février/mars 2016 lors de son séjour à Ouaga.

Mireille et je ne présente pas ses actions auprès des enfants parrainés. Son séjour  fin septembre, début octobre 2016 nous avait rapprochées.  Je tiens à lui adresser mes remerciements pour l’accueil chaleureux dont j’ai bénéficié. Remerciements à toute sa famille : Denis, Charlotte et son époux sans oublier Céleste et son petit frère.

Govinda, de Ouaga à Belfort de Quercy quels bons moments d’amitiés !

 

Ma brillante compatriote franco-burkinabè  ingénieur en génie électrique, Huguette Tiegna fraîchement élue députée de Figeac dans le Lot…

Anne Blanc, sa collègue de Naucelle, humanitaire dans sa jeunesse, sensible à la cause de la femme africaine, elle aussi devenue une amie….

Ce voyage loin d’être une simple visite me permet aussi de voir les réalités de la France et de savoir comment l’Association Zoodo déploie toute son énergie pour satisfaire le peuple burkinabè et naturellement pour sortir les femmes de l’analphabétisme.
Mes missions de Présidente me conduiront à faire le point à tous les centres aussi bien les enseignants que les apprenants. Je suis dépassée de constater combien l’association ZOODO se bat pour le bonheur des enfants parrainés et des femmes de mon pays. Cet engagement de l’Association ZOODO, nous interpelle à plus d’un titre, à nous consacrer avec cœur au travail, à plus de détermination pour sortir nos sœurs de l’ignorance.

Ce voyage me donne encore plus de courage à m’investir pour la cause des femmes et des enfants ; je peux dire que je suis ragaillardie.

VISITES TOURISTIQUES

M Jean-Marc Bruel m’a fait découvrir plusieurs beaux villages de l’Aveyron et du Lot : Belcastel, Le Saut de la Mounine, Les grottes de Foissac, St Cirq Lapopie, Figeac…


Je me suis rendue en Auvergne plus précisément à Cournon d’Auvergne chez Mireille Gilles-Farges dans la région de Clermont- Ferrand. J’ai visité les volcans et les monts d’Auvergne.

J’ai visité Rodez et ses environs avec Francette Lagarrigue : Conques, Salle la Source, l’Aubrac (visite de la fromagerie coopérative et de la Forge de Laguiole).

Ensuite, j’ai rendu visite à une de mes nièces à Marmande les 22 et 23/7 peu avant mon départ.

CONCLUSION

Je ne pourrai clore ce article sans remercier Mme Anne Marie et M Jean Marc BRUEL qui m’ont permis d’effectuer ce voyage. Durant mon séjour  je me suis sentie intégrée dans cette famille et j’en suis ravie. Je remercie toute la famille BRUEL en premier notre mère Mamie BRUEL avec laquelle nous avons fêté son 96 ème anniversaire le 20 juillet, puisse le Tout Puissant lui accorder la santé.

Je n’oublie pas également les enfants LIONEL, ONDINE, IlEANE CHARLIE et VIRGINIE que je n’ai pas eu l’occasion de connaitre ; aux petits enfants de la famille.

Sincères remerciements à toute la famille BRUEL

Un chapeau bas à Marie, à Natacha, au Dr DA PIEDADE,  sans oublier Domie. Et enfin chapeau à toute l’équipe de l’Association ZOODO.

Cet engagement de l’Association ZOODO, nous interpelle à plus d’un titre, et nous invite au travail, avec plus de détermination pour sortir de l’ignorance.

En conclusion, au moment de faire le point aux différents centres je lancerai un appel aux différents acteurs au travail et surtout aux enseignants à se mettre à fond au travail pour mériter leurs primes et aussi aux apprenantes à plus de courage.

Car un proverbe de chez nous dit que : « Si quelqu’un t’aide à te laver le dos tu dois t’efforcer à laver ton visage ».

Minata Ouédraogo
Zoodo le 01/07/2017

Omar Traoré, Chargé de la  communication à Bobo Dioulasso, nous tient informés régulièrement  de l’état de santé de Sara Djiry :

« Arrivée à Bobo depuis 2013 dans des conditions difficiles, ma situation de vie s’est nettement améliorée au fur à mesure que les années passent.

Analphabète à mon arrivée,

je suis capable aujourd’hui de lire et écrire grâce aux cours d’alphabétisation que je reçois des enseignantes très dynamiques engagées par Zoodo ; j’ai nommé Rachel SOUDRE en 2016 pour la première année au secteur 15 Ouezzinville

et maintenant avec Elisabeth Sawadogo pour la deuxième année au secteur 25. Aujourd’hui mes cours de deuxième année se poursuivent normalement dans le centre du secteur 25 avec ma nouvelle enseignante ; Elisabeth Sawadogo qui n’est plus à présenter. Je me sens aussi bien à l’aise avec elle.

 

J’ai vécu trois années à côté du centre de Ouezzinville avec ma sœur Delphine où on prenait ensemble les cours de la première année. Ce furent des moments vraiment inoubliables dans ma vie.

Aujourd’hui, j’ai une nouvelle tutrice ; madame Traoré née Sara Sanou mon homonyme avec qui je vis en harmonie.

Maman Sara est plus qu’une mère pour moi. Fonctionnaire à la retraite, Maman Sara a servi dans un centre comme éducatrice des jeunes filles à Ouagadougou, la capitale du Burkina. Depuis sa retraite, elle s’est installée dans une maison à elle qui a été aménagée au début de  cette année.

 Moi Sara, je bénéficie  aujourd’hui, de ses qualités, de son hospitalité et de ses bons soins car lors de mes séjours en famille à Kongodjan mes ennuis de santé ont repris. Je suis suivie à l’hôpital pour mon moignon et dois commander une nouvelle prothèse car l’autre est devenue trop petite pour ma jambe.

J’habite le quartier Bindougousso avec elle. Et pour aller au cours j’emprunte un taxi.

Cette année, il y a eu un grand changement dans le programme des cours. Cette décision est parvenue un mois après la rentrée des cours 2017, juste après l’assemblée générale de Zoodo tenue le 29 avril en France  que nous a  signifié notre enseignante. Les cours sont dispensés cinq jours par semaine (matin et soir) , contrairement à l’ancien programme où les cours se tenaient deux fois par semaine.

Avec cette nouvelle formule, nous avançons vite dans les cours mais c’est plus fatiguant. Quand je quitte Bindougouso  le matin, je ne rentre que le soir vu la distance qui sépare le domicile au centre. Mon aller-retour s’effectue en taxi dont les frais sont assurés par Zoodo.

Pour terminer, je tiens à remercier toutes  les personnes mobilisées autour de ma modeste personne ; je pense à tonton Désiré, tante Minata, Sara ma tutrice, mes deux enseignantes et mon grand frère Omar Traoré avec qui je m’entends beaucoup et avec qui je me confie bien souvent.

Du côté de la France, je n’oublie pas papy Jean-Marc et mamie Anne-Marie pour tout ce qu’ils font pour moi, sans oublier les généreux donateurs et l’ensemble des membres de Zoodo  France. »

La pension et les frais médicaux de Sara pèsent lourd sur les finances de Zoodo. La première prothèse demande à être renouvelée pour un coût de 280 €. Les bonnes volontés de notre appel à l’aide lors de l’amputation de novembre 2013 n’ont pas poursuivi leurs dons bénéfiques et nous remettons l’achat de la prothèse à plus tard… MERCI POUR VOTRE SECOURS RENOUVELÉ !

Jean-Marc Bruel

Tags: